Intégration

L’intégration des radars sur véhicule représente un enjeu majeur aussi bien pour les clients que pour les fournisseurs, doublé d’un challenge technique. En effet, dans la très grande majorité des cas, les constructeurs automobiles souhaitent cacher et/ou protéger le ou les capteurs radars en le(s) dissimulant derrière une peau de pare-chocs (Fig.1), une trappe ou bien un logo (Fig.2).

Dans ce contexte, l’élément d’intégration doit être optimisé comme un composant hyperfréquence afin de limiter l’impact sur les performances radar.

Par ailleurs, chaque plateforme de véhicule présente ses propres contraintes d’intégration en termes de localisation du radar, et de nature des pièces entourant et intégrant le radar.

Identifier

Les contraintes d’intégration d’un radar sont de différentes natures (mécaniques, hyperfréquences). La première étape consiste par conséquent à parfaitement les identifier pour en tenir compte :

  • Contraintes hyperfréquences associées au fonctionnement radar : définition d’un volume de sensibilité du radar fourni aux constructeurs.
  • Tolérances de montage entre le radar, la pièce l’intégrant et son environnement proche ;
  • Tolérance de fabrication des pièces susceptibles d’interagir avec le radar (épaisseurs, géométries, matériaux)
  • Contraintes vibratoires du radar et de son environnement proche (fixations)

Caractériser

Chaque matériau constitutif des pièces du véhicule susceptibles d’interagir avec le radar (pièce d’intégration ou environnement du radar) se doit d’être caractérisée d’un point-de-vue hyperfréquence. Cette caractérisation permet de déterminer le comportement de ces matériaux lorsqu’ils interagissent avec le signal radar. Un banc de test développé en interne permet d’effectuer ces caractérisations (Fig.3).

Banc de caractérisation de matériaux
Fig.3 – Banc de caractérisation de matériaux.

Guider et accompagner

L’accompagnement consiste dans un premier temps à échanger avec le constructeur pour lui fournir des règles de conception de la pièce d’intégration (matériaux, épaisseur, géométrie, son positionnement vis-à-vis du radar…) afin de le guider vers des solutions d’intégration performantes, fiables, simples dans la mise en œuvre, et peu coûteuses. Dans un second temps, chaque proposition d’intégration de la part du constructeur est validée par la simulation électromagnétique puis par la mesure.